"Chaud voire brûlant" Puis + "A deux ou plus"...

Un peu... Chaud... Voire Brûlant...

 

March 16, 2017

 
 

 

Charnels
 
Quand elle m'appelle

Ma douce rebelle,

Mon esprit charnel

D'humeur sensuelle

Toujours me rappelle

Nos ébats charnels...

Elle, se souvient-elle

Nos jeux  irréels,

Non conventionnels

Quand elle s' montre cruelle

Pour finir en duel

En pêchés charnels,

Toujours fusionnels.
Refrain ; 
Propos sensuels

Comme une sangsue... elle,

Elle s'accroche à moi

Et je me débats

Ou pas?... pourquoi pas???

Son esprit pervers

Me mélange les vers,

Je vogue à travers

Ses nombreux revers…
Serons-nous  censurés

D'avoir trop péché

Je l'appelle, rebelle

En propos crus ...et... elle

Elle me rappelle pas,

Elle me plante là.

Comment se remettre

D' ses fougueuses lettres

Ses cuirs, ses dentelles

Froufrous, bagatelles,

D' mes désirs d'ivresse

Satanée Pécheresse

Provocante belle

En désirs rebelles...
Propos sensuels

Comme une sangsue... elle,

Elle s'accroche à moi

Et je me débats

Ou pas?... pourquoi pas???

Mon esprit charnel

Se remue, cruel

Je vogue à travers

Ses nombreux revers…
Elle me pousse à bout

De mon feu, elle  joue

C'est  elle qui m'affole

Comme un sex-symbol...


Brigitte Bonidon,  1er Déc. 2009
 ..............................................................................................................................

Mâles!

  Pas plus fort qu' nous l' sexe masculin;

Seulement les males font  les malins,

Prenant leurs airs de gros machos

Airs supérieurs, ils font les beaux...

Pas difficile d’ vous démasquer

Vous les mecs, coureurs réputés

Qui  ne pouvez rester  bien sages

Car aimez  trop les butinages.

 Nous,  subtil'ment on laisse d’viner

Ce que sans cesse vous reluquez,

Tout en conservant  notre pudeur ;

Nous n'avons  pas droit à l'erreur! 
 Refrain;

Femelle et mâle qui s'attirent

Qui pourrait trouver à redire?

Que cette union puisse durer

Qu'ils ne cessent jamais d' s'aimer!*

Quand, mâle et femelle réunis

S'aiment enfin dans le même lit

Belle affaire qu'un espoir naissant,

Puisse perdurer des vies durant...

Mâles, Mâles, Mâles... 
Nous d'vons toujours nous montrer belles

Toujours souriantes et fidèles,

Mais depuis qu'on s'est libérées

D' la testo, on a ingéré.

Hommes faibles que vous êtes,

Un rien vous fait tourner la tête;

Yeux attirés par des mollets,

Ou alléchés par un décoll'té.    

Nous, devant tous ces hommes féroces

Dont on ne rêve que du carrosse,

Mais en attente d'  respect divin,

 Bien des fois, l'espoir  reste vain.

De vos paroles au charme flou

De vos oublis de rendez-vous,

Maint'nant, on  partage  les pouvoirs ;

C'est pas facile à concevoir ! 
 Refrain

Quand Mal et Bien sont  mélangés

Dans  un ciel presque  dégagé,

Mâle  rêve encore de liberté ;

Pour  profiter sans s'engager...

Si Admiration  réciproque

Pas d' questionnement  équivoque ;

Quand l'attraction n' peut résister

Y' a plus qu'à se laisser aller!

Quand la foudre s'est abattue
Plus possible de changer de rue,

Couple formé dans l'égalité,

Duo heureux, rêve d'éternité.


Refrain...

Brigitte B., 05 Janvier 2011

.............................................................................................................................................................

 

Matière à mater

Je suis une femme

Qui parfois se pâme

Devant la beauté

Du sexe opposé,
A contre-courant

Je m’en vais cherchant

Un rêve imagé

 Un mâle  à mâter
Matière à mater

Ce charme discret

Qui m’a effleuré

Sans le faire exprès
Me voilà charmée

 Par homme  discret

Matière à mater

Ce passant distrait
Mater le passant

Le mâle troublant

De la tête aux pieds

Examen complet,
Une  silhouette

Qui passe discrète

Un brin élancée

Épaules carrées,


Des cheveux foncés

Le teint basané

Sourire lumineux

Il passe, silencieux,
Et plus il s’approche

Les mains dans les poches 
Je vois ses  grands yeux

Félins, mystérieux
Son regard troublant

 Le rend attachant

Un rêve est passé

Je vais le garder

 
Plus tard je devine

Ses mains oh, si fines

Ses doigts de velours ;

La magie d’un jour…


Brigitte Bonidon, 21 février 2016 

 

.................................................................................................................................

Serial lover 


Je me moque des apparences

De ton passé, de tes absences

Je me nourris de ton décor

Et ta  présence vaut de l’or
Tu pourrais être un tueur à gage

Avoir commis tant  de dommages

Être un repris de justice

Poursuivis pour multiples sévices
Mais tu es un serial lover

Serial  Lover

Tu aimes les femmes en série

De nombreuses femmes dans ton nid …
Les femmes sont toute ta vie

De toutes les femmes t’as envie

Elles ne peuvent te résister

Quand dans ta vie elles sont passées
Car tu es l’amant  idéal

Et entre le bien et le mal

Tu te perds dans des dédales

De séductions animales,
De leurs  fantasmes inavoués

De leurs rêves les plus troublés

Tu es le coq ou bien le roi

Et nous tes petites proies  
Tu es mon serial killer

Unique  tombeur de  mon cœur

Serial killer, Serial killer

De mon petit cœur
Si tu as tué mon cœur

Si t’es la cause de mes douleurs

Tu m’as tuée à  petit feu

Et je survis comme je peux ;

Mais même pour ça

Je t’en veux pas… 
J’ sais bien qu’ pour toi je suis si peu

Une de plus qui t’ rend heureux

Je dois jouer les seconds rôles

Mais à chaque fois qu’nos corps se frôlent…  

Tu  es mon serial lover

Serial  Lover… 


Brigitte Bonidon 14 05 2016

........................................................................................................................................

 

Quand nos mains...

 

Quand ta main frôle ma peau

Quand ta main me donne chaud

Doucement sur ma peau glisse

Un tendre sentiment complice.

Quand ta main doucement caresse

Ma peau avec ... délicatesse

Ma  chair redevient  faiblesse

Et je m'abandonne en déesse.

 

Quand ta main frôle mon visage

Avant qu'elle devienne moins sage

Mieux qu'une promesse pas tenue

Quand tes doigts sur ma peau nue,

Quand ta main sur ma peau tendre

Glisse dans un geste tendre

Quand ta main glisse sur ma cuisse

Dans un mouvement complice,

Quand ta main frôle mon sein

Et que tout mon corps devient

Langoureuse terre en éveil

Qui s'enflamme sans pareil,

Lentement mise en danger  

Par tes doigts et tes baisers ;

C'est le début sulfureux

D'un tendre moment d'amoureux. 

Quand nos mains enfin s'unissent

Dans un mouvement complice

Quand nos mains enfin se trouvent

Comme  évidence se prouvent  

Qu'elles sont faîtes pour se lier

Pour ne plus se séparer...

Quand nos mains toujours complices

Ensemble se serrent et se tissent

Quand nos mains ont assez cherché

Qu'elles se sont bien réchauffées

Quand ma main sur ta peau dure

Quand ma main hésite sur

Ta peau douce au toucher

Quand ma main découvre enchantée

De nouveaux horizons s'entrouvrent

Je redeviens une vraie louve.

Quand ma main d'un geste complice

Sur ta  peau lentement glisse

Pour la dix millième fois

Mais toujours  plus d'émois,

Toujours autant de sensations

Quand s'éveillent les émotions

A chaque fois différentes

Et toujours aussi troublantes. 

Quand nos mains enfin s'unissent

Dans un mouvement complice

Quand nos mains enfin se trouvent

Comme  évidence se prouvent  

Qu'elles sont faîtes pour se lier

Pour ne plus se séparer...

Quand nos mains toujours complices

Ensemble se serrent et se tissent

Quand nos mains ont assez cherché

Qu'elles se sont bien réchauffées

Et avant de se brûler

Elles vont pouvoir s'enlacer,

Complices, elles  se sont unies

Elles ont pêché  par envie...

Mais mes mots s'arrêtent là

Car ma pudeur n’ dira pas

C 'que vous pouvez imaginer

Et  tous les endroits  explorés.

Je pense que ce sera facile

Pour vous je me fais pas de bile,

Je sais que vous aller continuer

De lentement  imaginer

Et de donner une  suite

Avant que nos mains se quittent,

Avant d'être censurées

Je vous laisse imaginer

Une suite des plus coquines

Et une fin des plus félines...

 

Mais sûr on recommencera

A nous retrouver comme ça

Pour de tendres et longs moments

Et nos mains le plus souvent

Se rejoignent comme par magie

A tout instant de la vie,

Et le plus souvent possible

Même moments imprévisibles

Et  nos mains toujours par chance

Se retrouvent, moments intenses

Dans une interminable danse

En équilibre ou en balance.

Ces tendres moments complices

Sont sereins et bien propices

A de torrides amants

Au coin du feu, plus troublants. 

Je sais bien vous nous enviez

Vous n'avez qu'à essayer

De vous retrouvez ainsi

C'est le bon Dieu qui l'a dit...

Quand ta main frôle ma peau

Quand ta main me donne chaud

Doucement sur ma peau glisse

Un tendre sentiment complice.

Quand ta main doucement caresse

Ma peau avec ...Délicatesse...

 

Brigitte Bonidon, 09 02 2009

.............................................................................................................

42-44 (rondeurs assassines)

On admire toujours,

Et on est plein d'amour

D'vant un bébé joufflu

Face à  un bébé charnu.

Un enfant grassouillet

C'est beau à regarder

C'est synonyme de santé

Et mieux qu'un gringalet.

Mais en grandissant

Grand bouleversement ;

On exhibe son nombril,

On ressemble à un fil,

Pareil à un sac d'os

Bannis gros et grosses.

Les filles veulent rester légères

Et font donc  des manières

Devant un bon plat

Disent "je n'en veux pas"

"Je fais le régime"

Pour avoir mauvaise mine

"Moi je veux pas de gras"

C'est trop horrible "pouah....".

Elles veulent ressembler à ces brindilles

Qui s' croient  les plus belles filles

Mais plates comme  des anguilles,

Aussi minces qu' des aiguilles... 

Manger devient pécher

Faut faire attention et peser

Nourriture millimétrée,

Comptée et rationnée...

Moi j'assume ma taille 42 /44

Qui  ne me rend pas acariâtre

Et ce sera ma bataille

Pour  ne plus qu'on raille

Les belles rondeurs

Synonymes de grand cœur 

Je pense qu'avoir des formes

Ce n'est pas être hors normes...

Et ces rondeurs assassines

Ces formes qu'on devine,

Les hommes en sont gagas

Leurs regards ne trompent pas...

J'aime le chocolat noir,

Il me redonne espoir,

J'aime le chocolat blanc

Bonne humeur il me rend,

Ces bons petits gâteaux

Quelquefois il m'en faut 

Je les apprécie trop

Délicieusement beaux...

J'assume mes gourmandises,

Toutes ces p'tites friandises

Faudrait pas en abuser

Mais  elles me font craquer...

Moi j'assume ma taille 42 /44

Qui  ne me rend pas acariâtre

Et ce sera ma bataille

Pour plus qu'on raille

Les belles rondeurs

Synonymes de grand cœur 

Je pense qu'avoir des formes

Ce n'est pas être hors normes...

Et ces rondeurs assassines

Ces formes qu'on devine,

Les hommes en sont gagas

Leurs regards trompent pas...

Tout au fond du placard

Se cachent par hasard

Mes délicieuses sucreries

Mes trésors enfouis.

Par temps de cafard

J'ouvre ce placard

Et devant moi s'étalent

Tout c' qui faut pas qu' j'avale!!! 

Et je les dévore ;

Je sais bien que j'ai tort,

Et je les engloutis

C'est comme un  défi.

Résister ou craquer

Telle est ma  destinée

Et pour y arriver

Pour tout ça arrêter

Et bien faut pas en acheter

Simplement plus en acheter!!

Moi j'assume ma taille 42 /44

Qui  ne me rend pas acariâtre

Et ce sera ma bataille

Pour plus qu'on raille

Les belles rondeurs

Synonymes de grand cœur 

Je pense qu'avoir des formes

Ce n'est pas être hors normes... 

Et ces rondeurs assassines

Ces formes qu'on devine,

Les hommes en sont gagas

Leurs regards trompent pas...

Moi aussi j'ai été une brindille

J'ai fait partie de ces filles

Aussi  plates qu' les anguilles

Fine comme une aiguille,

Donc vous voyez on change...

Mais j' suis toujours pas un ange...

 

Brigitte Bonidon,  03 11 2008

.................................................................................................................

 

Le regard des hommes

 

Sous leurs regards

Parfois hagards

D'autres fois  envieux

Je devine le feu.

Ces longs regards

Directs, sans fards

Parfois prononcés

Qu'ont-ils  pensé?

Ces regards perçants

Parfois pesants

Ces regards bleus

Parfois envieux

Qui vous déshabillent

(Suis-je une jolie fille?)

Ces regards curieux

Devenant fiévreux

Qui vous enveloppent

Ces regards en coin

Devenus coquins,

Regards accentués

Qui font vibrer

Regards insistants

Devenant gênants,

Regards timorés

A la dérobée

En toute discrétion

J'me pose des questions,

J'essaie de deviner

Le fond de leur pensée

Mais je reste perplexe

Par  de  vieux réflexes

Je me sens gênée

Comme évaluée

Estimée, jaugée.

Je suis désabusée,

Regard détourné.

Sous le regard des hommes

Qui en nous résonne

Y' a t- il un appel,

Appel sexuel?

Derrière leurs regards

Leurs grands yeux noirs

Y' a t-il un appétit

Appel interdit?

J'essaie de deviner

Au fond de leurs pensées,

J'ai jamais compris

Ce qu'ils n'ont pas dit,

Ce qu'ils ont  pensé

Et gardé secret.

Ces regards sans fards

Par hasard, un soir,

Signes d'espoirs

Envie d'y croire.

Regards détournés

Pour ne rien montrer

Regards gênés

Qui se sont croisés.

Regards enflammés

Qui font chavirer

Qui en disent long

Sans poser de questions.

Regards  rieurs

Devenant moqueurs

Coup d’œil rapide

Caché par des rides.

Regard perplexe

Dénué de sexe,

Regard plus noir

Peur de décevoir,

Regard curieux

Qui vous émeut

Sous le regard des hommes

Qui en nous résonne

Y' a t-il un appel,

Appel sexuel?

Derrière leurs regards

Leurs grands yeux noirs

Y' a t-il un appétit

Appel interdit?

J'essaie de deviner

Au fond de leurs pensées,

Je comprends toujours pas

Ce qu'ils pensent de moi,

Ce qu'ils ont retenu 

Et  de moi conclu. 

Regards langoureux,

Devenant fiévreux,

Regards inquisiteurs

Quelque soit l'heure

Regards sans saveurs

Qu'on connaît par cœur,

Regard appuyé

Comme  dévisagée

Regard prononcé

Être contemplée,

Des regards d'envie

Pas toujours compris

Peu explicites

Regards illicites,

Pas de réponse en retour

C'est mieux d'être sourd

Mais j'aimerais savoir

Sous ces regards noirs

Ce qu'ils imaginent

Et ce qu'ils devinent,

Sous ce léger voile

Soudain des étoiles,

Se sentir mise à nu

Par un inconnu.

Et c'est sans compter

Les regards cachés

Qu'on a pas captés

Qu'on saura jamais.

Sous le regard des hommes

Qui en nous résonne

Y' a t-il un appel,

Appel sexuel?

Derrière leurs regards

Leurs grands yeux noirs

Y a t-il un appétit

Appel interdit? 

J'essaie de deviner

Au fond de leurs pensées,

Je comprendrai jamais

Ce qu'ils ont  pensé,

Mais c'est peut-être bien

De ne  savoir ... rien.

 

Brigitte Bonidon,  29 04 2009

 

.............................................................................................

Corps à Corps


 

Depuis qu' nos corps se sont connus

Entre attractions, raisons perdues,

Impossible de nous séparer

D' ce feu sacré bien installé.

Et nos chavirant corps à corps

Toujours plus ardents et plus forts

Enflamment tous nos souvenirs ;

Nous ne voulons le démentir.


 

Que restera-t-il d' nos corps à corps

Quand le vent soufflera moins fort,

Quand l' temps nous aura dépassés

Qu' nos envies seront trépassées?

Que restera-t-il de nos vies

Quand nos rendez vous en sursis

N'auront plus le même appétit

Quand nouveauté s'ra dissipée?


 

Dans tous les différents décors

Qui se souviennent de nos corps,

Nos folles étreintes planent encore

Tout cela sans aucun remord.

De nos corps à corps enflammés

Surgissent des éclairs animés

Bien plus forts et bien plus puissants

Que ceux connus jusqu'à présent.
 

Refrain...
 

Nos corps à corps tellement brûlants

Laisseront-ils place aux sentiments?

Deviendront-ils des cœurs à cœurs,

D'émouvants moments de douceur?

Deviendront-ils des cœurs à cœurs ;

D'émouvants moments de bonheur?

Refrain...


 

Brigitte B., 22 Déc 2010


............................................................................................................

 

Accro

 

Première rencontre, premier coup de cœur

Qui a dissipé mes douleurs,

Et me voilà remotivée

Quand sur ma bouche tu as posé…

 

Déposé ton parfum enivrant

Transformé mes jugements,

J’ai enfin vu la vie du bon côté

Légère, sans trop me questionner

 

Je jouis dans ton décor

Tu déballes dans mon corps

Ton opium tel un trésor ;

Accro, je t’ supplie encore

 

Refrain ;

 

Toi, héros de mes pensées

Pour héroïne fragilisée

Je suis accro à tes joyaux

J’ dépends de toi joli pavot.

Caresse mon âme et ma peau

Déchirées en mille morceaux

J’ai besoin de toi en moi,

Pour me doper, donne-moi de toi

 

Accro, tu me tortures

Horrible brûlure (Accro, accro, accro…)

 

T’es mon héro

A toi, s’ suis accro

T’es mon héros (mon bourreau)

Gravé dans mon cerveau…

 

 

T’es mon produit jouissif

Et ton pouvoir abrasif

En puissance maximale

Excite mon corps, mon moral

 

Tu soulages mes besoins

Devenus pourtant malsains,

Accro je te suce en silence

J’avale ton suc en abondance

 

Au shit je suis attachée

A tes boulettes censurées

Comment découdre ce lien

Qui me grise et m’ fait du bien

 

Et bien voilà, j’hallucine

Je crois et puis je devine

Que tu m’envahis divin,

Que tu m’ confies ton venin

 

Refrain…

 

Ta présence hallucinogène

Rend ton absence anxiogène ;

Maint’nant qu’ tu m’as portée aux nues

Faut qu’ainsi tu continues

 

Sans toi tout sonne faux

T’as embrigadé mon cerveau,

La raison m’a abandonnée

J’ suis ton esclave aliéné

 

Et à présent moi je paye cash

Mes excès en mode hasch,

Tu m’ détruits à coup de hache

Et tu t’éloignes portant panache

 

Je frôle le précipice

Quand je suis dans tes abysses

Dangereusement tu t’immisces

De ma tête à mes cuisses…

 

J’ suis follement intoxiquée

Depuis qu’ j’ t’aie inhalé(e),

En moi tu as pris racine

Ta puissance m’assassine !

 

Refrain…

 

Brigitte BONIDON, 24 janvier 2014

..........................................................................................................

 

Entraîne-moi

 

Emporte-moi loin des ombrages

Découvre mon côté sauvage,

Qui se cache sous mon décor

Tu sais discrétion vaut de l'or.

Et si tu me donnes ton corps,

Si en tendresse tu m'évapores,

L'unique roi tu deviendras

De mon royaume rien qu' pour toi.

 

Entraîne-moi dans tes péchés

Effleure-moi de tes pensées,

Effeuille-moi j' suis condamnée

Puisque tu m'as ensorcelée.

Entraîne-moi sur ton corps sage

Déchire mon précieux corsage,

Pour me découvrir autrement

Touche la fleur des sentiments.

 

Tu ne dois pas manquer d'audace

Et me prouver que tu es l'as,

Que tu es bien le plus beau gosse

Montre-moi ton côté féroce.

Fait exploser ma vie si triste

Explore mes fougueuses pistes,

Arrache cette vie bien trop lisse

Enlève-moi de c' précipice.

 

Entraîne-moi dans tes péchés

Effleure-moi de tes pensées,

Effeuille-moi j' suis condamnée

Puisque tu m'as ensorcelée.

Entraîne-moi sur ton corps sage

Déchire mon précieux corsage,

Pour découvrir mon feu brûlant

Nous serons éternels amants.

 

Emmène-moi dans tes délices

Découvre ma peau en supplice,

Entraîne-moi dans tes vertiges

En m'étourdissant de voltiges.

Et quand mes trésors vont éclore

Tu en demanderas encore,

Et puis jamais ça finira

Jusqu'à pas d'heure, on s'aimera...

 

Brigitte, 20 Juillet 2010

..................................................................................................................................................................................................................................................................

                                               DUOS ; 

 

Le même nid (duo frère/soeur)

Tout’ notre enfance passée ensemble

Maman, papa si formidables,

Belle famille soudée, unie

Qui nous a ouvert sur la vie.

 

Toutes ces années passées ensemble

Ça m’étonne pas qu’on se ressemble

Unis par des parents aimants

Leurs valeurs nous servent à présent.

 

Refrain ;

Deux cœurs pour une même chair

Le même sang dans les artères

C’est quand même une veine immense

D’avoir un même nid d’enfance

 

Quelle chance d’avoir pu partager

Ce même nid tell’ment douillet

Où nos parents nous ont montré

Comment grandir et s’entraider

 

De ce même nid harmonieux

Tant de souvenirs merveilleux

Nous apportent encore aujourd’hui

De tendres parfums infinis.

 

Transportés par autant d’amour

Et de moments couleurs velours

Ça peut vous paraître irréel

Tellement nous sommes fusionnels

 

Si nos deux peaux s’ sont endurcies

On vit toujours sans jalousies,

Avoir grandi (n’a) point altéré

Notre si profonde complicité

 

Refrain

Rien ne pourra nous séparer ; 

Des liens trop forts se sont tissés

On a muri et la magie

Jour après jour s’est embellie

 

Tu te souviens, main dans la main ;

On prend toujours le même chemin

Et quand ça va un peu moins bien

Qu’est-ce qu’il est précieux ton soutien !

 

Tu es ma sœur et mon amie

Première complice de ma vie,

 

Tu es mon frère ; on est unis

Et confidents pour tout’ la vie.

 

Refrain…

 

Brigitte Bonidon, 06 Déc 2012

...................................................................................................................

 

Ouvre enfin ton cœur Duo (Adulte, enfant)

 

Adulte ;

J’me demande parfois, c’ que j’fais sur terre

J’cours après le temps et je reste derrière

Je suis fatigué, j’ ne sais plus quoi faire

Chaque jour qui passe me rend plus amer

 

Enfant ;

Tu passes trop de temps à te contempler

Tu n’ prends plus le temps de t’émerveiller

Tu passes à côté de tant d’émotions,

Tu t’es éloigné des belles sensations

 

Refrain (ensemble) ;

 

La vie est trop courte pour s’apitoyer

Ouvre enfin ton cœur pour mieux profiter ;

Tu dois t’enivrer du parfum des fleurs

Et ouvrir ton âme à mille saveurs

 

Ouvre enfin ton cœur pour mieux partager

Laisse tes soucis, mets-les de côté

Ouvre enfin ton âme, laisse-toi guider

Et n’oublie jamais de bien profiter !

 

Enfant ;

 

Tu dois profiter des petits bonheurs

Si tu attends trop tu vas regretter

Regarde autour d’ toi et tu seras mieux

Pour s’ sentir heureux il en faut si peu

 

Adulte ;

Je dois reconnaître qu’ trop souvent l’argent

A pris plus de place que les sentiments

C’est mon ambition qui m’a dévoré

Et tout le reste je l’ai mis de côté !

 

Refrain…

 

Enfant ;

Tu ne parles qu’ de toi, vivre c’est partager

Tu sembles oublier tout ce qui est vrai

La vie est trop courte pour s’ laisser happer

Ouvre grand ton cœur pour t’améliorer…

 

Brigitte Bonidon, 6 février 2014

...................................................................................................................

 

Toujours amis

 

Garçon ;

On s’est aimé c’était facile

Te le dire m’ semblait inutile

Je sais très bien que j’ai eu tort

Tu vois maint’nant j’ai des remords,

 

Qu’en serait-il aujourd’hui

Si à l’époque je t’avais dit

Mes sentiments brûlants pour toi

Est-ce que tu serais avec moi ?

 

Refrain Ensemble ;

 

Et cet enfant, rêve impossible

Nous aurait rendus invincible,

Lien éternel entre nous deux

Il aurait pu nous rendre heureux

 

Ces souvenirs qui nous relient

Ont tatoué nos cœurs amis

Car si l’amour lui est parti

On restera toujours amis…

 

Fille ;

Des mots de toi j’ai attendu

J’y croyais plus, tu m’as perdue

Même si demain parfois fait peur
Notre belle histoire d'amour demeure

 

On ne s’est pas toujours compris

On nous a trop souvent maudits

Notre histoire ne fut pas facile,

De tes silences que reste-t-il ?

 

Et cet enfant, rêve impossible

Nous aurait rendus invincibles

Lien éternel entre nous deux

Il aurait pu nous rendre heureux

 

Ces souvenirs qui nous relient

Ont tatoué nos cœurs amis

Car si l’amour lui est parti

On restera toujours amis…

 

 

Garçon ;

Que sont donc devenus nos cœurs ?

A tout jamais ils se pleurent

On s’est aimés, on s’est perdus

Aujourd’hui je suis si ému…

 

Fille ;

Mais tout cela est du passé

Vers d’autres histoires on va voler

 

Et cet enfant, rêve impossible

Nous aurait rendus invincibles

Lien éternel entre nous deux

Il aurait pu nous rendre heureux

 

Ces souvenirs qui nous relient

Ont tatoué nos cœurs amis

Car si l’amour lui est parti

On restera toujours amis…

 

Brigitte Bonidon, 11 octobre 2012

.......................................................................................................................................

Arrête, arrête...

 

Arrête, arrête de râler

Arrête, arrête de te lamenter,

La vie est plus facile que tu crois

Laisse couler quelquefois...

Arrête, arrête de ruminer

La vie est faite pour profiter,

Pour s'amuser, et se soutenir

C'est pas la peine de te languir.

Arrête, arrête de te faire du mal,

C'est pas bon pour ton moral,

Arrête, arrête de te torturer

ça ne fait jamais avancer.

 

 

Je sais, Je sais, je vais essayer

D'un peu plus positiver,

Mais tu sais je suis comme ça,

C'est pas facile crois-moi.

J'aimerais être ravie

Me réjouir de ma vie,

Mais j' suis jamais satisfaite

Oui, je sais c'est un peu bête.

 

Essaie, essaie  de positiver

Et d'avancer sans hésiter,

Essaie de regarder et de voir

Que le bon côté de ton miroir.

Sûr que les astres sont avec toi

Regarde ta bonne étoile là-bas,

Perds pas de vue sa direction

Elle t'apporte des solutions.

Et quand tu l'auras trouvée

Ta bonne étoile va te rester,

Parce qu'elle est toujours fidèle

Et qu'elle te portera avec elle.

 

Arrête, arrête de râler

Parce que ça fait pas avancer,

Tu te tortures, te fais du mal,

Et c'est pas bon pour ton moral.

Je sais, Je sais, je vais essayer

D'un peu plus positiver,

Mais tu sais je suis comme ça,

C'est pas facile crois-moi.

J'aimerais être ravie

Me réjouir de ma vie,

Mais j' suis jamais satisfaite

Oui, je sais c'est un peu bête...

 

Arrête, arrête de dire "Moi"

Parce que moi aussi tu sais quoi,

Et bien parfois je me sens pas bien

Dans ces cas là je ne dis rien.

Mais je me dis que ça sert à rien

Et je sors voir mes copains,

On boit, on rit  et ça va mieux

On pense à rien, on est heureux.

Évite, évite de trop  penser

Et tu verras tu vas t'alléger,

Arrête, arrête de réfléchir,

Un mot gentil et tu chavires...

 

Je sais, Je sais, je vais essayer

D'un peu plus positiver,

Mais tu sais je suis comme ça,

C'est pas facile crois-moi.

J'aimerais être ravie

Me réjouir de ma vie,

Mais j' suis jamais satisfaite

Oui, je sais c'est un peu bête...

 

Brigitte Bonidon, 18 04 2010