Music'

Tic Tac Reggae



J'ai rencontré des passants

Qui sur le pavé battant

Protestent contre ce temps

Qui s'écoule lentement

Mais qui n'arrête jamais,

Indignés !



Tic tac

Tic tac reggae

C'est le reggae de l'horloge

Qui sans arrêt interroge

A son rythme effrayant

Sur les aiguilles du temps



Tic tac

Tic tac reggae

C'est l' tic tac de la pendule

Qui serpente et qui ondule

En espérant qu'une virgule

Ralentisse sa bascule



Tic tac

Tic tac reggae

C'est le reggae qui calcule

Qui passe et qui s'accumule

Oui je sais bien il fabule

Il est têtu comme une mule



Tic tac

Tic tac reggae

C'est le reggae du cadran

Qui à chaque mouvement

Te rappelle le temps passant

Et toi qui va descendant



Il te rappelle que l'heure

Passe et bien vite et se meurt

A l'ombre des saules penseurs,

Pleurnicheurs



C'est un refrain monotone

Qui rabâche et qui entonne

Une mélodie bien connue

Qui va se perdre dans les nues



Il n' cesse de te torturer

Quand tu es bien fatigué

En titillant tes hormones

De son sermon monotone



C'est l' reggae de la pendule

Qui serpente et qui ondule

Pour te rappeler le temps

Qui avale les sentiments,

Dégoûtant !



C'est le reggae qui fait peur

Qui s'acharne à 100 à l'heure

Qui ressasse tes douleurs

Toujours en mode vengeur



Il en fait toujours des tonnes

Ironique il nous marmonne

Qu'il saura nous arrêter

Même si on passe, pressés



Il nous conduit, ennemi

Vers pays indéfinis

En attendant on l' subit

Redoutant ce dernier cri...

Brigitte Bonidon 10 juin 2017


............................................................................................

Musicienne

 

Toi qui m'inspire mes plus beaux airs

A l'ombre des roses téméraires,

De tes vertus thérapeutiques

Je me nourris, moi amnésique.

 

Toi et tes couplets délirants

Rebelles vous êtes souvent,

Exposés nus, à tous les vents

D'autan, du nord ou du néant...

 

Refrain ;

La musicienne qu' j'admire tant

La magicienne du bois chantant

Comme un reflet réjouissant

Mon héroïne aux sons troublants.

 

Ma musicienne, jouant ses airs

Superbe muse vent et tonnerre,

Princesse de mes nuits légères

Qui apaise mon corps, mes artères.

 

Ma musicienne au vent chantant

Sans peur d'éveiller les absents

Comme les oiseaux sifflotant

Tu me caresses bien souvent !

 

Dépassés les maux des souffrants

Qui se libèrent en t'écoutant,

Quand tu distilles tes notes légères

Plus qu'une sensation passagère...

 

Refrain

 

 

On s'accroche à tes airs si purs

Dans les voies sacrées du futur

On se perd dans tes doux murmures

Qui nous appellent et nous rassurent...

 

Refrain...
 

Brigitte B., 11 mai 2011

......................................................................................................

 

Ma muse

 

Avec moi,  elle est née

En moi, elle a germé,

Mon oasis bénéfique

Tendr'  refuge féerique.

Oh ma muse, ma musique

Aux accents oniriques,

Aux envolées lyriques

Aux vertus  sympathiques.

Les cordes de ma guitare,

Entre mes doigts chaque soir,

Piano aux touches teintées

Muz'  va vous enchanter...

Ma plus fidèle  compagne

Qui près d' moi, m'accompagne,

Qui ne me laisse jamais

Même quand  je suis  distrait.

Mieux qu'une femme fatale

Qui m'userait le moral,

Une muse qui s'amuse

Mais qui jamais ne m'use.

Aux notes  infinies

Mélange de paradis,

De lumières bigarrées

Aux doux reflets bleutés,

En  portées théoriques

Aux  doux chants bénéfiques.

Ma douce et tendre muse

Qui quelquefois me ruse,

Qui  joue et  puis   m'amuse

Musique,  si douce  muse...

Ma plus fidèle  compagne

Qui près d' moi, m'accompagne,

Qui ne me laisse jamais

Même quand  je suis  distrait.

Mieux qu'une femme fatale

Qui m'userait le moral,

Une muse qui s'amuse

Mais qui jamais ne m'use.

Qui m' suit à chaque pas 

Et puis qui  se plaint pas,

Confiante complicité

Qui m'abandonne  jamais.... 

Les cordes de ma guitare,

Entre mes doigts chaque soir,

Piano aux touches teintées

Muz'  va vous enchanter...

Ma plus fidèle  compagne

Qui près d' moi, m'accompagne,

Qui ne me laisse jamais

Même quand  je suis  distrait.

Mieux qu'une femme fatale

Qui m'userait le moral,

Une muse qui s'amuse

Qui  joue et qui  m'abuse...


 

Brigitte Bonidon,10 Juillet 2010

...............................................................................

 Un bon à rien

 

 Je suis une sorte de nomade

Qui transmet ses jolies ballades

Mais en cruel manque d'Euros

Toujours mon compte triple zéro.

Si ma banquière ne m'aime pas

Car ma musique elle n'entend pas

Par contre les filles me voient blindé

Comme leurs héros d' bande-dessinées.

 

Refrain ;

 

Filles attirées,

Parents inquiets

Un bon à rien sans intérêt

Qui n' sait qu' chanter et faire pleurer.

Qui n'aiment pas les voir traîner

Avec un rêveur débraillé,

Ils m'disent raté et fainéant

Un bon à rien qui va mendiant

 

Je me balade de villes en villes

Et je rencontre de nouvelles filles

Dans mes concerts elles hurlent de joie

Tout leur amour accro à moi,

Quand j'ai fini mon tour de chant

Elles me poursuivent ; c'est moins marrant

Elles sont toutes folles de moi

Elles me font peur, moi je fais quoi?

Filles attirées,

Parents inquiets

Qui n'aiment pas les voir traîner

Avec un rêveur débraillé,

Ils m' disent raté et fainéant

Un bon à rien qui va mendiant

Un bon à rien sans intérêt

Qui n' sait qu' chanter et faire pleurer.

Moi l' vagabond qui fait chanter

Je traite les filles comme des fées

J'ai l' cœur sensible

Comme ma musique

Et j'aime qu' les filles

Aient les yeux qui brillent.

Sur scène je me sens électrique

La voix et le corps euphoriques,

Mon cœur épanoui transmet

Des étoiles au public subjugué.

Refrain

Je suis un bon à rien

Qui a pour unique bien

Une immense passion

Un cœur, quelques chansons,

Une guitare fragile,

Quelques chansons faciles.

Parfois au fond d' mes pensées

Je me trouve artiste raté

Rêveur patraque

Et tête à claques ;

Dans ce monde de consommation

J' me sens bien trop con, bien trop con...


 

Brigitte 16 nov 2012

...............................................................................................

 

Mon blues

 

Il porte en lui le désespoir

Que ressentait le peuple noir,

Une musique comme un cri

Un appel du fond de la nuit,

 

Toutes ces notes mélangées

Dans cet univers bigarré,

Au fil du rythme renouvelé

Qui traverse si bien les années

 

Il se décline couleur Blues

Il en rencontre des jalouses,

Et dans son Swing toujours branché

Il n’en fini pas de muer,

Il se distingue un peu partout

Sur des rythmes qui rendent fous,

Sur des notes jamais démodées,

Voyage exquis et coloré.

En Version Blues, Jazz, Blues,

Mon Blues’ ‘ …

 

C’ que ressentait le peuple noir

Simples esclaves dérisoires,

A su se transformer là-haut,

Nous apporter tant de joyaux !

 

Et quand Le Gospel l’accompagne

Ils construisent des mas de cocagne

Ils s’envolent pour des décennies

En s’ faisant d’nouveaux amis

 

Il se décline couleur Blues

Il en rencontre des jalouses,

Et dans son Swing toujours branché

Il n’en fini pas de muer,

Il se distingue un peu partout

Sur des rythmes qui rendent fous,

Sur des notes jamais démodées,

Voyage exquis et coloré.

En Version Blues, Jazz, Blues,

Mon Blues’ ‘ …

 

J’ai le Cœur en mille morceaux

Avec ces airs dans la peau

Qui restent gravés à jamais

Qui savent si bien me parler !

Il se décline couleur Blues

Il en rencontre des jalouses,

Et dans son Swing toujours branché

Il n’en fini pas de muer,

Il se distingue un peu partout

Sur des rythmes qui rendent fous,

Sur des notes jamais démodées,

Voyage exquis et coloré.

En Version Blues, Jazz, Blues,

Mon Blues’ ‘ …

 

Brigitte BONIDON, 12 Novembre 2011

.................................................................................................................................

Metal Girl

 

Est-ce qu’elle est bien normale

Cette fille au teint pâle

Avec ses longs cheveux rouges

Et qui jamais ne bouge ?

Est-ce qu’elle est bien censée

Cette fille intimidée

Elle a l’air un peu perdue

Dans ce monde tordu

 

Refrain ;

Metal girl, Metal Girl

La fille au cœur metal

Au regard bleu cristal

Au pouvoir sidéral

Elle est bien trop bizarre

Tout’ habillée de noir

Sous son regard Discret

Qu’est-ce qu’elle peut bien penser ?

 

Têtes de mort au dehors

Fragile dans son corps

Couleurs sang au devant

Fracassée au dedans

Elle passe tête baissée

Pour pas s’ faire remarquer

Pour ne pas provoquer

L’autre con qui s’est moqué

 

Refrain ;

Metal girl, Metal Girl

La fille au cœur metal

Au regard bleu cristal

Au pouvoir sidéral

Elle est bien trop bizarre

Tout’ habillée de noir

Sous son regard baissé

Qu’est-ce qu’elle peut bien cacher ?
 

Derrière son sourire voilé

Ses peurs accumulées

Dissimulent mal ses maux

Derrière ses noirs manteaux.

Elle cache ses blessures

S’est construit une armure

Et ceux qui comprennent pas

Rien à faire de ceux là !

Refrain…

 

Pont musical;

Hard et Adoooo…

Hardo, Tu es hardo…

Derrière ton metal dur

Tu caches tes blessures,

Et derrière la noirceur

Tu caches mal tes peurs …

Où est Satan

Pour les vivants,

Les survivants?

Where is the hell?

Alive… Alone…

Hard, Life is so hard

Life is Hell

Elle est Hell???

Hardo, On est Hardo

Hard et Adoooo…

 

Qui peut donc la comprendre

Dans ce monde pas tendre

Sur cette terre où les cons

Peuplent les horizons ???

Quand on est différent

C’est pas vraiment marrant

De se faire rejeter

Par de vieux préjugés


 

Quand différence fait peur

Un regard salvateur

Un sourire différent

Et puis la vie reprend

Et puis la vie reprend…


 

Refrain…


 

Brigitte Bonidon, 14 Novembre 2014


...............................................................................................................

 J’ me balade 

 

Premiers cris

D’esclaves noirs en furie,

Musiques rebelles,

Chants poignants, devenus les hymnes du Gospel

J’ me balade en mode Swing sur des airs…

Des airs,

D’ Glenn Miller,

J’ me ballade sur des Blues d’enfer…

Loin d’ la terre,

Style « Fever »

Propagé

Dans l’ monde entier,

Mister Jazz a su évoluer,

Se croiser,

Rythm’ and Blues aux teintes bigarrées,

Pour donner

Différents reflets cuivrés

Qu’on n’ cesse d’improviser

J’ me balade en mode Swing sur des airs…

Des airs,

D’ Glenn Miller,

J’ me ballade sur des Blues d’enfer…

Loin d’ la terre,

Style « Fever »

On entend

Encore si souvent

Mister Louis Armstrong, grands airs jouant,

Irréels,

Intemporels,

Musiques si bien dosées,

Inspirées,

Qui me chavirent,

Me donnent toujours autant de plaisir !

J’ me balade en mode Swing sur des airs…

Des airs,

D’ Glenn Miller,

J’ me ballade sur des Blues d’enfer…

Loin d’ la terre,

Style « Fever »

Quand, le soir,

A tous les standards

Je rends hommage, à ces immenses stars,

Dans mon cœur,

Leurs douleurs,

Résonnent dans leurs sublimes voix ;

Peggy Lee ou Areta

J’adore cette musique là !

J’ me balade en mode Swing sur des airs…

Des airs,

D’ Glenn Miller,

J’ me ballade sur des Blues d’enfer…

Loin d’ la terre,

Style « Fever »

Jazz m’inspire,

Les voix, j’admire,

Mélancolies partagées,

Epicées,

Gracieuses dames,

Si tendres à l’âme

En plein cœur, m’ont touchée ;

Mister Blues me fait swinguer !

J’ me balade en mode Swing sur des airs…

Des airs,

D’ Glenn Miller,

J’ me ballade sur des Blues d’enfer…

Loin d’ la terre,

Style « Fever »

En plein cœur, on est touchés ;

Mister Jazz nous fait vibrer !!! 

J’ me ballade…

 

Brigitte BONIDON, 18 Décembre 2011

 ................................................................................................

 

Sonne, sonne

 

Frappe à ma porte

Pour que je sorte 

Frappe à mon cœur,

Avec douceur.

Frappe à mes rêves

Réveille ma trêve

De tes ardeurs

Mais en douceur.

Frappe à ma vie

Je t'en supplie,

Sonne à ma vie

Sonne par envie ;

Comme une pendule

Avant qu' e bascule

Avant qu' e recule

Avant qu' je me brûle...

Sonne à mes rêves éveillés

Sonne à ma vie ensommeillée,

Sonne avant qu' la nuit  soit là,

Sonne tant qu' je suis encore là.

Sonne à ma porte

Avant qu' je sorte,

Sonne à mon cœur,

Mais en douceur.

Frappe à ma porte

Pour que je sorte,

Avant qu' le vent m'emporte

Avant qu' je sois morte...

Frappe à ma vie

Avant l'envie

Avant l'ennui

Frappe à mon cœur

A n'importe quelle heure.

Frappe à ma vie

Tant qu'j suis en vie

Envoie d' ta lumière

Au fond d' ma tanière.

Apporte-moi

Un peu de toi

Un peu de chaleur

De la douceur

Comme du velours

Pour de  beaux jours....

Sonne à mes rêves éveillés

Sonne à ma vie ensommeillée,

Sonne avant qu' la nuit  soit là,

Sonne tant qu' je suis encore là.

Sonne à ma porte

Avant qu' je sorte,

Sonne à mon cœur,

Mais en douceur.

Frappe à ma porte

Avant qu 'je sorte,

Sonne à ma vie

L' jour ou la nuit.

J'attendrai ton signal

Je sais que c'est mal

Mais peu importe

Faut qu'on s'en sorte...

Sonne à ma porte

Frappe de la sorte

Envoie  un peu de toi

J'attends plus qu' toi...

Quant à ma porte, tu sonneras

N'oublie pas de sonner deux fois...

 

20 Déc. 2009

.........................................................................................................................

Chanter quand j’ai envie

 

La vie est un court passage

Dont je décode les messages

Je sais bien que rien ne dure

Que l’avenir n’est pas sûr.

Petits bonheurs à déguster

Jolies chansons à inventer

Je flotte dans l’air léger

Je ne cesse de m’amuser,

Je gomme les mauvais moments,

Les confie à Dieu le vent…

 

Refrain ;

 

Comme le meilleur a une fin

Je veux partager mon refrain,

Chanter pour éloigner le mal

Partager ce besoin vital,

Je veux chanter quand j’ai envie

Chanter pour embellir la vie,

Oublier la mort infinie

Changer la vie en paradis

Pour effacer le sort fatal

Chanter pour éloigner le mal !

 

Avant que la dame en noir

Me trouve dans son répertoire,

Je profite de chaque instant

Ne garde que les bons moments,

Je ne veux rien regretter ;

Les graines de bonheur semées

Les perles fleuries d’amitié,

Aux mille couleurs parfumées

Je les partage au jour le jour

Dans mon cœur débordant d’amour …

 

Refrain…

 

Brigitte Bonidon, 19 mars 2014

..............................................................................................................

 

Voyage Zouk

 

Je viens du pays des cigales

Je ne lis plus les fleurs du mal,

Le long d' ma chevelure bouclée

Brille un soleil tout coloré.

Devant les lumières bariolées

Qui permettent de s'évader,

Rien  m'empêchera de chanter

Bouger, rêver,  à volonté!

 

D'où l'on vient peu sembler banal

Quand on écoute cet air jovial

Qui fait oublier les problèmes

Et s'envoler les théorèmes. 

Je vais au pays enchanté

Où bruissent des notes à volonté,

Je vous entraîne dans  l'univers

Rempli de saisons  à l'envers.

Je vous invite dans mon  voyage ZOuk

Je vous invite à Zouker

Zouk Zouk Zouk 

 

Je ne sais pas d'où tu viens

D'ailleurs je te demande rien,

Seul' ment d'envoyer ta gaieté,

Une invitation à danser.

Je ne sais pas où tu t'en vas

D'ailleurs ça se demande pas,

Tout ce que tu veux c'est chanter,

Zouker, sur des rythmes endiablés. 

 

D'où l'on vient peu sembler banal

Quand on écoute cet air jovial

Qui fait oublier les problèmes

Et s'envoler les théorèmes. 

Je vais au pays enchanté

Où bruissent des notes à volonté,

Je vous entraîne dans  l'univers

Rempli de  saisons  à l'envers.

Je vous invite dans mon  voyage ZOuk

Je vous invite à Zouker

Zouk Zouk Zouk 

 

Je vous convie dans mes étoiles

Où l’on ne connaît pas  le mal,

Volons vers l'univers feutré

Rempli d' couleurs ensoleillées.

Ensemble au pays des étoiles

Où l‘on n’ rencontre jamais le mal,

On en profitera pour danser

Sur des airs qui feront zouker ;

Pour un voyage... illimité,

Pour un voyage... illimité...

 

Brigitte Bonidon,  14 02 2010

.............................................................................................................................................................

 

Nouveau son

 

Ce soir

Sympa,

Bouge avec moi

 

Il est minuit

Début d’ la nuit

Kif garanti

 

 

Oublie le noir

En mode espoir

Jamais trop tard

 

Mets des couleurs

En apesanteur

Jusqu’à pas d’heure

 

On s’amuse trop

Sur ce tempo

Qui donne chaud…

 

 

Il fait trop beau pour s’ennuyer

L’air trop léger pour somnoler

Qu’est- c’ qu’il est bon ce nouveau son

Qu’est- c’ qu’elle est cool cette chanson

 

On ne va pas tourner en rond

Qu’est qu’il est cool ce nouveau son

On s’ laisse aller sur cette musique

On se trémousse, et c’est magique !

 

Ce nouveau son, ce nouveau son

Qui tourne en rond…

 

Ce soir

Sympa,

Bouge avec moi

 

Il est minuit

Début d’ la nuit

Kif garanti

 

 

Oublie le noir

En mode espoir

Jamais trop tard

 

Mets des couleurs

En apesanteur

Jusqu’à pas d’heure

 

On s’amuse trop

Sur ce tempo

Qui donne chaud…

 

Brigitte Bonidon, 14 03 2013

 

..............................................................................................................

 

Sur un air de jazz…

 

Dans une boîte magiqu’

Aux airs féériques,

J’écoute cette musique

Aux parfums jazzics’,

Paroles qui s’envolent

Et mon cœur décolle,

Je me sens planer ;

Prête à rencontrer

Ces garçons sympas

Qui s’amusent déjà !

Sur un air de Jazz

Je suis en extase,

Je sors de ma bulle

Et mon cœur ondule,

De charmants garçons

Chantent à l’unisson ; 

Musique partagée

Nous a éveillés.

Légère je me sens,

Avec tous ces gens,

Portés en musique ;

C’est si sympathique.

Tout le monde sourit,

J’vais m’faire des amis,

Un bel homme là-bas

Me regarde déjà !

Sur cet air de Jazz

Je suis en extase,

Je sors de ma bulle

Et mon corps ondule,

De charmants garçons

Chantent à l’unisson ; 

Musique partagée

Nous a rapprochés.

Gestes qui s’ croisent

Regards qui s‘ toisent ;

Voilà, il s’avance,

Il entre dans ma danse !

Nous voilà très près,

Lumières tamisées

Mon rêve éveillé

Peut bien commencer !

Sur cet air de Jazz

Je suis en extase,

Je sors de ma bulle

Et mon corps ondule,

De charmants garçons

Chantent à l’unisson ; 

Musique partagée

Nous a rassemblés…

 

Brigitte Bonidon, 20 Oct 2011

....................................................................................

 

Sur du papier à musique

 

Sept heures dix n'est pas et quart,

Tu dois t'habituer, te programmer

Si tu ne veux pas rater le car

A l'heure tu dois arriver, arriver...

Et il  faut se dépêcher ;

Tout était clair et précis

Pas une seconde pour rêver

Quand c'est l'heure  ; c'est ... parti!!!

Sur ce papier à musique,

On n'y improvise rien,

Rien n'y est vraiment ludique

Mais tout ça c'est pour ton bien,

Pour ton bien...

Sur ton papier à musique

Si on s'y ennuie un peu,

C'qui  y est écrit est  si classique

Mais on n'y est pas si malheureux,

Pas si malheureux...

On est programmé à l'heure

Comme sur du papier à musique

Quand c'est l'heure, c'est l'heure

C'est clair, précis, fatidique.

Quand on part à la seconde près,

Après l'heure, ce n'est plus l'heure,

Pour nous qui ne pouvons changer

être  aussi précis peut faire peur.

Sur ce papier à musique,

On n'y écrit  jamais rien,

Rien n'y est vraiment ludique

Mais tout ça c'est pour ton bien,

Pour ton bien...

Sur ton papier à musique

Si on s'y ennuie un peu,

C'qui  y est écrit est  si classique

Mais on n'y est pas si malheureux,

Pas si malheureux...

On doit rester précis, méthodique,

Comme une voie uniforme et rigide,

Pas une note dérangée ni oblique

On doit rester entre ces lignes placides.

Pas de place pour l'irréel,

On doit garder les pieds sur terre

Pour des raisons matérielles

On n' peut aller prendre l'air...

Sur ce papier à musique,

On n'y efface jamais rien,

Rien n'y est vraiment ludique

Mais tout ça c'est pour ton bien,

Pour ton bien...

Sur ton papier à musique

Si on s'y ennuie un peu,

C'qui  y est écrit est si classique

Mais on n'y est pas si malheureux,

Pas si malheureux...

On doit rester dans les rangs,

Ne pas dévier, déraper, 

Pas de fausses notes, c'est gênant

Tout doit rester ordonné et rangé.

Comme sur du papier à musique

Aligné d'façon militaire

Tu suis, tu restes identique

Pas moyen de se distraire.

Sur ce papier à musique,

On n'y change jamais rien,

Rien n'y est vraiment ludique

Mais tout ça c'est pour ton bien,

Pour ton bien...

Sur ton papier à musique

Si on s'y ennuie un peu,

C'qui  y est écrit est si classique

Mais on n'y est pas si malheureux,

Pas si malheureux...

Comme une thèse scientifique

Pas de solutions intermédiaires,

Un théorème mathématique

Dois rester précis et ordinaire.

Pas de place pour l'imagination

Pas l' temps pour quelques étoiles,

Rêver est hors de question

Tout est programmé sur la toile.

Nos matins sont réglés comme ça

Pas question de les  changer

Pas le choix, on n'improvise pas

Quand c'est l'heure faut démarrer...

Sur ce papier à musique,

On n'y dérègle jamais rien,

Rien n'y est vraiment ludique

Mais tout ça c'est pour ton bien,

Pour ton bien...

Sur ton papier à musique

Si on s'y ennuie un peu,

C'qui  y est écrit est si classique

Mais on n'y est pas si malheureux,

Pas si malheureux...

 

Brigitte Bonidon,  24 Oct 2008

.........................................................................................